Warning: file_get_contents(/proc/loadavg): failed to open stream: Permission denied in /home/www/clemibretagne/www/JDGL2018/config/ecran_securite.php on line 378
"Mon père s’appelle Guy Boley et ma mère Grasset" - Journal du Goncourt des lycéens 2018
bandeau site
Journal du Goncourt des lycéens 2018 Envoyez-nous vos contributions ici :
jdgdl2018@ac-rennes.fr
embed
<iframe height="200" width="500" frameborder=0 scrolling=no src="http://clemibretagne.celeonet.fr/JDGL2018/spip.php?page=snip&id_article=133"></iframe>

"Mon père s’appelle Guy Boley et ma mère Grasset"

mercredi 25 septembre 2019Comité de rédaction

Luca, du lycée Bonaparte d’Ajaccio, nous propose un écrit d’invention réalisé après la lecture du roman Quand Dieu boxait en amateur.

Écriture d’invention

Je m’intitule Quand Dieu boxait en amateur. Je me considère comme un Roman. Mon père s’appelle Guy Boley et ma mère Grasset.
J’ai un frère qui a deux ans d’écart avec moi et qui se nomme Fils du feu.
Mon nom peut, au premier abord, vous faire rire mais c’est la réalité. Je parle bel et bien du personnage de « Dieu », qui boxe en amateur. On me lit assez rapidement car j’emploie un langage très simple et chacune de mes scènes est très courte. Je suis constitué de trois parties, elles-mêmes divisées en chapitres.

Je suis un vibrant hommage à René Boley, le père de mon père, Guy Boley. Mon père est on ne peut plus admiratif de ce grand-père. Il me parle sans cesse de lui...de ses combats de boxe, de sa passion pour les mots et de son travail de forgeron. Le projet romanesque de mon père était donc simple, romancer la vie de mon grand-père.

Si vous me lisez, je vous parlerai de moments marquants comme celui où mon grand-père a été sacré champion de France de boxe amateur et comment il y est parvenu.
Vous éprouverez une certaine compassion à la lecture de son histoire, en particulier sur sa vie lorsqu’il était encore jeune, sa vie qui avait la couleur du métal. On m’aime pour l’émotion que mon écriture dégage plus particulièrement pour les regrets et les remords avoués à la fin du récit.
Je suis aussi l’histoire d’une grande amitié entre grand-père et Pierre, deux êtres unis par l’amour des livres, des mots et des échanges entre ces deux hommes toujours émaillés d’une pointe d’humour.
J’entremêle poésie, émotion, humour, ironie et dérision mais je reste dans l’ensemble bienveillant et chaleureux.

Pour conclure, je suis l’hommage extraordinaire de Papa à grand-père, ce Papa d’origine si modeste qui n’a pas pu faire d’études. Mais cela ne l’a pas empêché de se battre de son mieux ! Je suis rempli de joie et de bienveillance et je suis le digne frère de Fils du feu .

Luca Arrighi, lycée Lætitia Bonaparte - Ajaccio